A la criée : « Abandon de l’Arbre aux Hérons »

Bien sûr, ce n’était pas un arbre et aucun héron ne venait manger au râtelier.

Ce grand projet inutile et imposé caractéristique de la surmodernité nantaise, de la mise en tourisme de la métropole et de la fuite en avant de la politique d’attractivité est à l’évidence victime de la crise globale, de la guerre en Ukraine et la tempête financière en train d’enfler.

Mais ce projet fait surtout l’objet depuis son annonce dans la carrière Miséry le 7 juillet 2016 d’une vive controverse menée d’abord par des habitant·es du quartier de Chantenay soucieu·ses des usages en commun de la carrière Miséry. Cette controverse est devenue peu à peu une enquête collective sur un projet autoritaire jamais voté mais qui a quand même coûté près de 8 millions d’euros en subventions à la découpe. C’est ensuite le relais nécessaire et amplificateur de la plate-forme stop arbre aux hérons.

Commune de Chantenay et collectif Puma, issus du quartier, ont œuvré dans cette enquête collective magnifique, joyeuse et formatrice, qu’à la criée a accompagnée de son mieux : des balades, des assemblées-débats, une manifestation, deux livres, une carte, un carnaval sauvage, un rituel de désenvoûtement de la carrière […]

Voici nos parutions liées à la carrière Miséry et à l’Arbre aux Hérons

« Chantenay, carte de désenvoûtement »
Commune de Chantenay, 3 €, 978-2-919635-23-8, avril 2022

« Revenir à Miséry, contre l’arbre aux hérons et la touristification »

Collectif PUMA, 4 €, isbn 978-2-919635-19-1, septembre 2021.
Comment échapper au service du tourisme obligatoire. [la presse]

« Carrière Miséry, destruction de la ville sauvage »
Collectif PUMA, 8 €, isbn 978-2-919635-12-2, mai 2019
Défoncer et scalper un des rares morceaux de ville sauvage pour y installer une cascade artificielle dans le temps de l’échéance électorale ? Forcer les imaginaires, les réduire à des actes de consommation touristique et à une révérence subventionnée ? Obliger la communauté à une nouvelle bulle spéculative dans tout un quartier ? Voilà quelques questions que la friche Miséry nous pose par sa modestie et sa discrétion mêmes.

Une mention spéciale au premier Carnaval sauvage de Chantenay qui a débouché le 20 mars 2022 sur un magnifique et manifestement très efficace rituel de désenvoûtement de la carrière partagé par plusieurs centaines de carnavaleu·ses !

L’enquête écologique et sociale, indépendante, c’est donc efficace.
Transitionner, c’est accepter que le conflit créé de nouveaux devenirs, évite les erreurs, force à la créativité, que le conflit nous fait avancer.
Merci à toutes et tous pour ce très beau travail en commun.

Cet abandon est l’occasion de vous inviter à participer très bientôt à notre prochaine enquête collective sur l’imaginaire vernien [Jules Verne] dans l’histoire coloniale nantaise et dans la crise écologique contemporaine, sa réalité idéologique, sa mise en exploitation métropolitaine, ce qu’il peut nous faire faire, ce que nous en pensons et ce que nous en ferons.
À suivre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.